Aller au contenu
Accueil » Les fondations

Les fondations

Les différents choix de fondations

Les fondations sont un élément vital de la construction et souvent sous-estimé. Or, outre l’assise du bâtiment dans le temps, elles assurent la jonction avec le sol naturel et tous les réseaux (VRD) pour le meilleur et pour le pire. Il s’agit de la partie la plus technique et vulnérable des bâtiments.

Pour les autoconstructeurs, plusieurs solutions peuvent être envisagées. Toutes présentent des avantages et des inconvénients qui doivent être optimisés en tenant compte de votre choix constructif.

Tableau comparatif sommaire de quelques types de fondations possibles

Type de fondationsAvantagesInconvénients
Pneus + gravierFaible coût
Antisismique
Chantier modulable
Protection des pneus contres UV
Grilles anti-rongueurs et petits animaux à prévoir
Inertie thermique a priori faible
Sous-sol completSurfaces utilisables
Antisismique
Coût
Maîtrise des infiltrations d’eau (nappe phréatique, parois latérales, rampe descendante, …
Chantier lourd
Dimensionnement & réalisation des linteaux de garage à soigner
Semelles filantes avec vide-sanitaire (VS)Système classique
Passage possible des canalisations eau en VS
Coût dans la moyenne
Maîtriser le hors gel des canalisation en VS
Grilles antirongeurs et insectes sur les ventilations
Inertie thermique moyenne
Radier généralAdapté aux terrains instables ou argileux
Solidité – Antisismique
Inertie thermique forte si isolé en périphérie
Supporte de fortes charges d’exploitation
Coût important
Réseau d’eau en apparent (+ plinthes) ou noyé dans la chape sur dalle
Micropieuxsolution sur sol instableCoût important
résultat garanti pour la réalisation, mais pour le terrain ? à long terme ??
Tableau comparatif de quelques types de fondations
Rouleau compresseur damant le remblai en pourtour du décaissement de fondation du bâtiment
Rouleau compresseur sur remblai
Bulldozer en action.
Bulldozer

Notre choix de fondations

Dans notre cas les paramètres d’entrée étaient les suivants :

  • sol très instable et très argileux ( > 80 % d’argile)
  • zone 3 sismicité risque modéré
  • bâtiment agricole de plain-pied et surface au sol importante (20 x 15 m)
  • charge d’exploitation classe agricole (essieux de tracteur 3 tonnes, palettes, …)
  • charges permanentes 200 kg / m2
  • charges d’utilisations 500 kg / m2
  • recherche de l’inertie thermique maximale

Conclusion : L’analyse de portance du sol très défavorable nous imposait le choix du radier général.

Pour information, le bureau d’étude sol nous avait suggéré des fondations sur pieux. Cette solution de fondations profondes était pour nous d’un coût déraisonnable et moins adaptée à notre projet.

En effet, avec le radier, nous profitons des avantages d’une dalle très solide de très grande capacité de stockage thermique posée sur une terre naturelle à température très constante (environ 14°C +/- 5 °C).

Quelques photos de notre chantier radier général

Préparation du remblai et du radier général

Situés en plaine, nous avons souhaité réhausser le bâtiment de 90 cm sur remblai compacté pour contrer tout risque d’accumulation d’eau lors d’épisode méditerranéen.

Pose des réseaux PVC sous dalle, d’un film polyane et d’un lit de sable compacté de 5 cm d’épaisseur avant ferraillage armé sur deux nappes suivant les plans et dimensionnement du bureau d’étude béton.

Ceinture périphérique en isolant polyuréthane type roofmate LG-X 50 mm. Réglage de verticalité très précis à niveau 0,000 + 0,270 pour la hauteur finale des surbots (isolant en bleu sur la photo) et l’horizontalité de la lisse basse de démarrage d’ossature bois.

Coulage du béton autolissant type C30/C37 (XF1 S3) à la toupie pour une épaisseur de dalle de 200 mm.

Creusement des bêches périphériques et du décaissement du radier général avant la pose d'un lit de sable
Creusement des bêches périphériques et du décaissement du radier général
Coulage du radier général au camion toupie. L'opérateur va répartir sommairement le béton autonivelant.
Coulage de la dalle au camion toupie

Séchage de la dalle et des surbots

Séchage du radier général après coulage du béton autonivelant. Les fers à béton apparents vont rigidifier les surbots qui seront coulés quelques jours après.
Séchage du radier général après coulage du béton autonivelant
Radier général et les surbots de départ de murs en cours de séchage.
Radier général et les surbots de départ de murs en cours de séchage

Après séchage de la dalle du radier général et des surbots de réhausse de garde à l’eau obligatoires en construction paille, la nouvelle phase de montage de l’ossature bois du bâtiment peut commencer.